Découvertes express: Coherence (2013), Vampires en toute intimité (2014), Massacre à la tronçonneuse (2003)

Coherence: Sorte de Primer sans le côté too much, thriller intimiste et intelligent nappé d’une bonne dose de hard SF, Coherence réussit à insuffler une ambiance paranoïaque et anxiogène avec peu de moyens (budget de 50 000 dollars) mais un synopsis simple et percutant (un groupe d’amis de longue date se retrouve pour un repas alors qu’une comète passant dans le coin est potentiellement à l’origine d’une panne électrique générale). Introduisant la théorie du chat de Schrödinger et donc la présence d’univers parallèles/doubles comme son successeur plus connu, montrant peu de choses mais suggérant beaucoup (on est pas pris inutilement par la main comme dans Tenet donc), ce quasi huis clos dissèque également la question des relations sociales, des microcosmes face à un danger inconnu. Une bien belle découverte sur des sujets quantiques suggérée par Intercut (qui a bien grandi depuis et que je ne vous recommanderai jamais assez)!

https://www.imdb.com/title/tt2866360/?ref_=fn_al_tt_1

Vampires en toute intimité: Mockumentaire très drôle (je n’ai pas le souvenir d’avoir autant reniflé devant un film depuis un bon bout de temps) de/avec Taika Waititi sur un clan de vampires vivant en collocation, Vampires en toute intimité vaut assurément le coup d’oeil. Vraiment bien dosé, si les moments de malaise succulents de The Office, C’est arrivé près de chez vous ou d’un bon vieux Borat des familles, que les équipes de losers magnifiques vous parlent, jetez vous y dessus sans hésiter! A noter que la VF du film (visiblement controversée) est assurée par Astier, Salomone, Testot, Nicolas et Bruno et qu’il existe une série du même nom sur le même univers (dont Waititi est d’ailleurs producteur).

https://www.imdb.com/title/tt3416742/?ref_=nv_sr_srsg_0

Massacre à la tronçonneuse (remake/reboot): Remake que je voulais voir depuis longtemps au vu de sa réputation et qui se laisse agréablement regarder, ce cinquième opus de la saga maudite (une de plus!) prend évidemment des libertés avec le modèle originel tout en conservant son côté glauque et poisseux qui faisait tout son sel (même si on est ici dans une frontalité assez assumée façon Aja avec La Colline a des yeux). On évite donc une repompe génante et inutile de la scène du repas (exemple pris au hasard) puisque Marcus Nispel semble avoir compris l’essence même de TCM et prend bien son temps pour installer ses personnages, ses ambiances et surtout son visuel. Cela fait vraiment plaisir, tellement cet amour du détail et du travail bien fait sans tomber dans le fan service reste bien rare dans le cinéma de genre actuel! Leatherface (campé ici par Andrew Bryniarski, qu’on retrouvera dans l’opus suivant trois ans plus tard, préquelle du film ici chroniqué) est très réussi, les acteurs s’en sortent globalement bien et on retrouve avec plaisir quelques tronches plus ou moins connues: Biel, Leerhsen, Lee Ermey, Tucker, Vogel,… On se fera donc le remake de Vendredi 13 du même monsieur avec un certain intérêt maintenant (de toute façon il ne peut pas être plus nullissime que l’original)!

https://www.imdb.com/title/tt0324216/?ref_=nv_sr_srsg_5

Films de l’été 2021: Freddy sort de la nuit (1994), The French Connection (1971), Top Secret! (1984), Deranged (1974)

Parce que c’est décidemment une manie ici d’être en retard sur tout et qu’on va privilégier les cycles thématiques pour les prochains podcasts, les films de l’été 2021 se feront sous la forme texte! Le tout sans trop spoiler s’il vous plaît!

Film du mois de juin: Freddy sort de la nuit

Dernier opus de la saga Les Griffes de la nuit (on oubliera le remake passable de 2010), Freddy sort de la nuit/Wes Craven’s New Nightmare est un sympathique métrage méta sur le slasher, son boggeyman, le rapport entre le créateur et son oeuvre,… Niveau frissons c’est franchement radin c’est sûr mais le retour d’une partie du casting de l’oeuvre originale (Englund, Langekamp, Saxon) et des acteurs majeurs de la saga chez New Line (Craven, Shaye, Risher) jouant leur propre rôle (les films dans les films/casser le quatrième mur étant un peu le dada de Craven à l’époque, comme avec Scream 3) apportent à ce film une fraîcheur inédite! Même si l’on peut regretter que ce côté méta ne soit pas suffisamment exploité jusqu’au bout! Autres défauts: Miko Hughes (Dylan) est juste insupportable et le rythme ne laisse pas vraiment le spectateur respirer! Jouant avec les strates de réalité (un bon moyen de rendre le spectateur parano), inventif et visuellement réussi, cet opus, même s’il est bancal sur plusieurs points, conclue honorablement la saga dix ans après le premier film (et un paquet de navets) en nous faisant une vraie proposition cette fois ci! On en attendait pas moins de Craven…qui signera Scream dans la foulée ! Comme quoi, quoi qu’on pense de cet opus, il aura eu une certaine utilité!

https://www.imdb.com/title/tt0111686/?ref_=nv_sr_srsg_0

Une petite critique par Tortillapolis!

Film du mois de juillet: The French Connexion

N’ayant finalement vu que L’Exorciste (que je ne porte pas dans mon coeur) de Mr Friedkin, il était grand temps de voir le mythique French Connection! Mise en scène ingénieuse et nerveuse héritée du documentaire (particulièrement efficace dans les scènes de poursuites), ambiances new-yorkaises crades à souhait (dope à tous les coins de rue, flics en roue libre totale, bâtiments désaffectés,…), policiers désabusés magistralement interprétés par Gene Hackman et Roy Scheider, enquête aux allures de descente aux enfers…on comprend facilement pourquoi le film a fait date! Le tout évidemment inspiré du réseau du même nom mais aussi du roman de Robin Moore! Sachant que je porte un culte à Taxi Driver pour un univers tout aussi poisseux, quelle claque j’ai pris! Alors, allez voir ou revoir ce chef d’oeuvre nom de Dieu!

https://www.imdb.com/title/tt0067116/?ref_=nv_sr_srsg_0

Pour aller plus loin, making of du film & interviewes!

Film d’août: Top Secret!

Autant je peux être exigeant en humour ricain, autant dès qu’il y a de l’absurde, je suis carrément client. Mais pour autant, peu de films me restent en tête dans ce créneau… C’est désormais chose faite avec ce métrage (honteusement méconnu) des Zucker-Abrahams-Zucker, sorti après Y a-t-il un pilote dans l’avion ? et la série Police Squad, bien rythmé, inventif à souhait et très drôle (sans être lourd) avec le tout jeune Val Kilmer dans le rôle principal, parodiant les films d’espionnage (sur fond de Seconde Guerre Mondiale) autant que les comédies musicales des sixties (c’est Kilmer qui interprète réellement les chansons). Côté caméos on est servi: Peter Cushing, Omar Sharif et Michael Gough sont de la partie! Je vous laisse la totale découverte pour le reste!

https://www.imdb.com/title/tt0088286/?ref_=nv_sr_srsg_0

On remercie Le Fossoyeur pour la découverte!

Film de septembre: Deranged

Si 1974 reste en tête comme étant l’année de sortie de Massacre à la tronçonneuse, un autre film moins connu fait fort dans le glauque et l’immoral, tout autant inspiré par les méfaits d’Ed Gein! Totalement porté par l’interprétation magistrale et complexe de Roberts Blossom (proche d’un Joe Spinell dans Maniac, on rentre ici réellement dans la tête d’Ezra Cobb), Deranged va largement plus loin dans le malsain à mon goût (même si non exempt de traits d’humour) mais souffre hélas des défauts d’une production typée téléfilm, du « marketing » des seventies (le côté documentaire est juste lourd) et de facilités scénaristiques (la fin relativement improbable)… Si vous aimez les rapports mère-fils « fusionnels » à la Psychose et les repas de famille « sereins » à la Texas Chainsaw, ne cherchez plus, c’est ce film qu’il vous faut!

https://www.imdb.com/title/tt0071408/?ref_=nv_sr_srsg_0

Pour aller plus loin, chronique par Horreur Critique (abonnez vous à sa chaîne, boudiou!)

Découvertes: C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule (1975), Buffet froid (1979)

Parce que je sens que mes « bisseries » risquent d’en lasser plus d’un (on ne se refait pas), je vous propose quelques vieux films français trucculents! Hé oui, ici, il y en a pour (presque) tous les goûts!

C’est pas parce qu’on a rien à dire…: Si vous n’aviez jamais osé imaginer Bertrand Blier, Jean Lefebvre et Michel Serrault dans une multitude des costumes hilarants, avec une Tsilla Chelton au top ailleurs que dans Tatie Danielle, c’est le film qu’il vous fait! Alors oui, on pourra reprocher un scénario minimaliste (c’est le cas pour 80% de ce genre de films, en même temps), un humour parfois trop visuel (façon De Funès) mais le jeu d’acteurs, le rythme et les dialogues viennent amplement contrebalancer le tout! Avec des caméos de la troupe du Splendid en prime (l’idée du script vient de ces zigotos)! Encore!

https://www.imdb.com/title/tt0155581/?ref_=nv_sr_srsg_0

Buffet froid: C’est une surprise pour personne, j’aime les bizarreries de situations et des personnages du cinéma de Quentin Dupieux. Alors quand mon acolyte de bobines (Régis, si tu me lis…) m’a vendu Buffet Froid en me disant que c’était un des films de chevet de notre barbu national, j’ai foncé! Grand bien m’en a pris puisque ce film est effectivement un puissant hommage à l’humour noir et absurde, aux ambiances surréalistes, porté par une galerie d’acteurs impressionnants (Depardieu, Blier père, Carmet, Serrault, Bouquet), Buffet Froid tape toujours là on ne l’attend pas, et ça on adore chez « Genre »!

https://www.imdb.com/title/tt0078913/?ref_=nv_sr_srsg_0

Découvertes: Alexandre le bienheureux (1968), Les Ripoux (1984)

Alexandre le Bienheureux: Un véritable bol d’air frais que cette comédie légère (dont le synopsis tient sur un timbre poste), véritable hymne à l’hédonisme, à la liberté et à la nature (campagnes qui, soyons clair, n’ont hélas plus rien à voir avec celles du film)! Voilà qui fait du bien en ces temps sinistres! La photographie de René Mathelin (Le Grand Blond, Le Magnifique et j’en passe) est superbe, tout comme la musique de Vladimir Cosma. Philippe Noiret (dont c’est finalement le premier vrai rôle) crève évidemment l’écran, secondé par une vrai gallerie de personnages secondaires (Françoise Brion, Marlène Jobert, Jean Carmet, Paul Le Person, Tsilla Chelton,…). On notera aussi la présence de Pierre Richard qui débutait alors! Vive Yves Robert, vive Kaly le chien!

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=2511.html

Les Ripoux: Avis mitigé sur celui ci… Bien sûr les répliques cinglantes sont légion, c’est toujours un plaisir de retrouver Noiret, Lhermitte et les autres (Régine, Grace de Capitani, Julien Guiomar,…) mais le tandem de personnages que tout oppose au départ et l’univers finalement bien gentillet dans lequel ils évoluent (ici en totale contradiction avec l’enfer bétonné parisien et le système répressif déjà vacillant qu’il met en lumière) sont tellement devenus des clichés et des ressorts poussiéreux de la comédie française depuis le légendaire duo De Funès/Bourvil que pffff…pourquoi celui ci sortirait du lot, en fait? Reste une sympathique comédie, évidemment!

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=32758.html

Revisionnages: La Cité de la peur (1994), La Traversée de Paris (1956)

La Cité de la Peur: Il était grand temps de revoir cette comédie culte, prenant le prétexte du slasher au festival de Cannes pour nous proposer des situations et dialogues parodiques (on sent d’ailleurs bien les liens avec le divin La Classe Américaine d’Hazanavicius par moments). Non pas que je sois un grand fan de l’humour des Nuls (le mien étant bien plus cinglant et cynique, ce qui me rend peu adepte des comédies en général) mais plutôt de me remémorer dans quel contexte toutes ces répliques cultes ont trouvé naissance. Et « des gimmicks, des phrases chocs », il y en a à la pelle ! Bien rythmé, doté de seconds rôles savoureux (Lemercier pour n’en citer qu’un), multipliants les clins d’oeils et les gags loufoques qui pour certains ont hélas quand même perdu de leurs superbe avec le temps, La Cité de la Peur reste définitivement un incontournable des comédies françaises!

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=9400.html

La Traversée de Paris: Je dois vous faire une confidence: j’adore les vieux films français des décennies 60 et 70, ceux des Bourvil, Gabin, Dewaere, Marielle, Blier, Ventura, Constantin, Lefebvre, Blanche, Delon, Dalban, Pousse et j’en passe! On y consacrera d’ailleurs certainement un cycle, tellement il m’en reste à voir! Mais revenons au sujet! La Traversée de Paris, adaptation de la nouvelle de Marcel Aymé, s’avère être une excellente comédie retraçant une partie du quotidien de Paris sous l’Occupation, mené par le divin duo Bourvil/Gabin. On en retient évidemment les dialogues, les personnages aux motivations ambivalentes (souvent viles), le Paris de l’époque, un Louis de Funès qui commence à se faire connaître mais également une fin moins tragique qu’il n’y paraît! On en redemande!

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=20196.html