Découvertes: The Prowler (1981), Evil Dead Trap (1988)

The Prowler: Le potentiel était là, hélas au lieu de partir totalement à contrepied des clichés du slasher, ce troisième film de Joseph Zito (à qui l’on doit déjà Abduction et Bloodrage et qui signera le volet final de la première quadrilogie des Vendredi 13) s’arrête en chemin… La faute à des personnages pas vraiment charismatiques et une tension très aléatoire. On retiendra donc surtout la mise en scène, un rythme lancinant plutôt efficace, quelques écarts sympa avec le genre (le film aurait pu tout aussi bien se passer totalement dans les années 1950) et un tueur ma foi assez original, aux intentions plutôt troubles (la logique dans ce film se rapprochant d’un onirisme à la Fulci, les musiques de Richard Einhorn, habitué du genre, soulignant la chose). A noter que l’on doit les effets gore à ce bon vieux Tom Savini!

https://www.imdb.com/title/tt0082951/

Evil Dead Trap: Slasher culte ne reniant pas ses spécificités japonaises (tendance à l’expérimentation, éléments démoniaco-fantastiques et clins d’oeil snuffs à la Satoru Hogura / Hideshi Hino) mais aux références un peu trop visibles (Evil Dead, Videodrome, la BO de Tomohiko Kura comme clin d’oeil évident aux gialli d’Argento et Fulci magnifiés par les Goblins et Fabio Frizzi), et souffrant d’une durée un poil abusive, Evil Dead Trap a forcément influencé les délires gores/sadiques d’un Takashi Miike et le torture porn. Et rien que pour tout ça, sa fin bisseuse à souhait et sa mise en scène soignée dans des décors abandonnés cauchemardesques, ce film de Toshiharu Ikeda (scénario de Takashi Ishii, bien connu des amateurs de gekiga/pinku eiga) mérite le coup d’oeil!

https://www.imdb.com/title/tt0167147/?ref_=fn_al_tt_1

Le podcast #6 est sorti!

Thématique méta pour cette sixième émission, à savoir comment donner du rythme à un thriller! Nous analysons également les différents types d’intrigue et l’évolution des thrillers au cours des cinquante dernières années!

Films cités dans l’émission: The Perfection (2019), Le Prestige (2006), Shutter Island (2010), Game of Thrones (2011),Millenium (2012), Seven (1996), Lost (2004), Under the silver lake (2018), Pulp Fiction (1994), Memento (2000), Irréversible (2002), Jason et les Argonautes (1963), la saga Die HardMr Nobody (2010), Lost in translation (2004), Once upon a time in Hollywood (2019), The Lodger (1927), Prisoners (2013), Sicario (2015), Zodiac (2007), 3 Billboards (2018)

La vidéo de Mei, écriture et scénario

Anatomie du scénario par John Truby

Deux articles sur l’évolution des thrillers: 1 2

Le mémoire de Yann Chabrol sur le thriller

Comment c’est raconté, assurement le podcast méta le plus intéressant de ces dernières années qui dissèque les scénarios de films

Retrouvez tous les articles et analyses sur https://genrepodcast.fr
Retrouvez moi aussi sur Twitter
Pour me soutenir: https://utip.io/genrepodcast
Ce podcast est diffusé sur iTunesSpotify et Deezer
Fond sonore: « Noir Rouge 1 » (NiGiD)
Musique d’outro: « Commencement » (GosT)

Genre #18: Film du mois de mai 2021 – Toutes les couleurs du vice (1972) Genre!

Toutes les couleurs du vice/Tutti i colori del buio, giallo de Sergio Martino (dont on a déjà chroniqué Torso sur le blog) est au menu du film du mois de mai 2021. Les éléments oniriques et paranoïaques entourant le personnage principal joué par Edwige Fenech jutifiant à eux seuls sa sélection ici! Fiche du filmCritique du film Films évoqués: L'Etrange vice de Madame Wardh (1971), La Queue du scorpion (1971), Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé (1972), Torso (1973), Le Venin de la peur (1971), L'Emmurée vivante (1977), Rosemary's Baby (1968) Retrouvez tous les articles et analyses sur https://genrepodcast.frRetrouvez moi aussi sur Twitter et Captain WatchPour me soutenir: https://utip.io/genrepodcastCe podcast est diffusé sur iTunes, Spotify et DeezerFond sonore: "Wonder" par Lakey Inspired
  1. Genre #18: Film du mois de mai 2021 – Toutes les couleurs du vice (1972)
  2. Genre #17: Film du mois d'avril 2021 – Suspiria (2018)
  3. Genre #16: L'Envers du culte – Le Loup-Garou de Londres/ An American Werewolf in London (1981)
  4. Genre #15: L'Envers du culte – La Dernière Maison sur la Gauche (1972)
  5. Genre #14: L'Envers du culte – Videodrome (1983)

Découvertes: Torso (1973), Abattoir 5 (1972), Irrémédiable (2020)

Torso: Si Black Christmas est le premier slasher, alors Torso est un de ses plus beaux précurseurs. Tueur cagoulé, gros plans sur l’arme du crime (et sur le gant du tueur, giallo oblige), filles réfugiés dans un endroit isolé, passage sur le trauma du tueur, personnes les plus sexués qui meurent en premier, grosse louche d’érotisme et de voyeurisme, vue subjective, meurtres gores, « final girl », le contrat est rempli! Avec en prime une superbe mise en scène (à moins que ça ne soit les décors) et un twist final pas daubé du tout (la fin est de toute façon un grand moment de torture psychologique)! C’est pas beau la vie?

https://www.imdb.com/title/tt0069920/?ref_=nv_sr_srsg_0

Abattoir 5: Adapté du roman de Kurt Vonnegut (lui même rescapé de Dresde), Abattoir 5 est un film dont la narration déconstruite raconte la vie de Billy Pilgrim, soldat américain rescapé de la Seconde Guerre Mondiale et plus particulièrement des bombardements de Dresde…qui a le pouvoir de voyager dans le temps (dans le passé comme dans l’avenir). Gros point noir, le (trop) bon fond du personnage principal (et l’aspect comique de certaines scènes) est vraiment un frein à la crédibilité de ce film, finalement assez vide et dont le seul véritable intérêt est de développer sur un aspect méconnu de la dernière guerre… Dommage!

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=27065.html

Irrémédiable: Achevant une trilogie entamée avec Open 24H, El Practicante est l’exemple type du thriller psychologique où tout est cousu de fil blanc et vaut surtout sur la performance de son acteur principal, Mario Casa, plutôt convaincant! La fin, tombant comme un cheveu sur la soupe, finisant d’achever l’impression de gâchis et d’incohérence. Signalons quand même la présence de Déborah François, actrice prometteuse mais clairement pas ici en grande forme…

https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=278142.html